Musée précaire Albinet5-50%

Jours tranquilles au Musée Précaire Albinet , réalisation Coraly Suard, 2005,  54'

Sam 17 novembre à 19h30 à la Nouvelle Manufacture, St Martin de Valamas

Projection proposée par l’Assoc’Active à La Nouvelle Manufacture, St Martin de Valamas
Dans le cadre du Mois du film documentaire et du Mois du vivre ensemble

Entrée : 6 € , 19 h ouverture , 19 h 30 film, 21 h repas chaud : 8 € (résa : 06 73 27 37 96)

Jours tranquilles au Musée Précaire Albinet est un film qui s'appuie sur une expérience artistique hors du commun, l'exposition de chefs d'oeuvres originaux, prêtés par le Centre Pompidou, dans une cité HLM de Seine Saint-Denis. Il met en évidence les relations qui s’établissent entre les habitants de ce quartier, provoquées par la présence de ces oeuvres d’une valeur inestimable. C’est un évènement artistique déclencheur de fiction, une utopie s’incarnant dans le réel, une altération du quotidien que le film retrace.

Le Musée Précaire Albinet est un projet de l'artiste Thomas Hirschhorn réalisé du 19 avril au 14 juin 2004 à l'invitation des Laboratoires d'Aubervilliers. Le projet était d'exposer des oeuvres originales clés de l'histoire de l'art du 20e siècle au pied de la cité Albinet dans le quartier du Landy à Aubervilliers.

Pendant huit semaines les travaux de huit artistes dont l'utopie était de changer le monde étaient présentés: Marcel Duchamp, Kasimir Malevitch, Piet Mondrian, Salvador Dali, Joseph Beuys, Le Corbusier, Andy Warhol, Fernand Léger.

Le projet a associé plus d’une quarantaine d’habitants, employés pour la construction du bâtiment et pour assurer le fonctionnement quotidien du musée. Le musée comprenait une salle d’exposition, un atelier, une bibliothèque, et une buvette. Il était construit d’algécos et d’extensions faites de palettes, de bois, et de bâches.

Tous les jours, il se passait quelque chose au musée Albinet : des ateliers pour les enfants, des ateliers d’écriture pour les plus grands, des repas, des débats, des conférences. Pendant 8 semaines, le musée précaire est devenu un lieu de vie, de réaction, de confrontation, d’échange, d’expérience, de création.